Plantations de peuplier hybride en friche agricole : un outil de restauration de la forêt

Arbres plantés en friche agricoleMise en contexte

Dans le sud du Québec, des milliers d’hectares de terres agricoles marginales ont été abandonnés depuis une soixantaine d’années. En l’absence d’interventions humaines, ces friches agricoles vont graduellement se transformer pour éventuellement redevenir des forêts. On appelle ce processus la succession forestière. Toutefois, la grande compétitivité des plantes herbacées typiques des champs, pour l’eau et les nutriments du sol, crée un environnement inhospitalier pour l’établissement naturel de la plupart des espèces d’arbres.

 

Ainsi, plusieurs décennies, voire même un siècle, peuvent s’écouler avant qu’une friche dominée par les plantes herbacées se transforme en jeune forêt, même lorsque des arbres semenciers se trouvent à proximité. C’est dans cette perspective que la plantation d’arbres à croissance rapide constitue un outil de restauration intéressant. En transformant un milieu ouvert en milieu boisé en l’espace de 10 à 20 ans, le peuplier hybride peu favoriser l’établissement des arbres et arbustes indigènes, mais également des plantes herbacées associées au milieu forestier naturel.

 

gaulis_bouleau_jaune
Dispositif expérimental

L’évaluation du potentiel des plantations de peuplier comme outil de restauration de la forêt a été réalisée dans le même dispositif expérimental que celui utilisé pour évaluer le rendement des plantations de peuplier hybride sur des terres agricoles abandonnées.

 

 

 

Faits saillants

Les plantations de peuplier accélèrent la création d’un microclimat forestier sur les terres en friche

Au cours de la 10e saison de croissance, le potentiel des plantations de peuplier hybride à recréer des attributs forestiers a été évalué sur 8 sites et a été comparé à celui des champs abandonnés et des boisés adjacents.

 

Les principaux résultats sont les suivants :

  • Ouverture du couvert forestier
    Le peuplier accélère grandement la fermeture du couvert forestier par rapport à la succession naturelle en champs abandonnés.
  • Sur les sites plus productifs (où les peupliers étaient plus gros), les plantations de peuplier avaient une ouverture de la canopée et une biomasse de litière similaire à celles des boisés naturels adjacents.
  • Les propriétés du sol étaient similaires entre les plantations et les champs abandonnés, mais bien différentes des propriétés du sol des boisés.
  • Les plantations de peuplier ont favorisé l’établissement des semis d’arbres indigènes par rapport aux champs abandonnés, particulièrement pour les frênes et les bouleaux.
  • La richesse des plantes herbacées et des arbustes indigènes était légèrement supérieure dans les plantations de peuplier comparativement aux champs abandonnés.
  • L’hybride issu de la famille des peupliers baumiers (MxB) semble accélérer davantage la création d’attributs forestiers que l’hybride issu de la famille des peupliers deltoïdes (DxN).

restauration de la forêt

 

En conclusion, ces résultats montrent que les plantations de peuplier hybride peuvent agir comme catalyseur de la succession naturelle en créant, en l’espace d’une décennie, un microclimat favorable à l’établissement de la flore forestière indigène, autant pour les espèces d’arbres que pour les plantes herbacées de sous-bois.

 

 

 

Réintroduire des plantes herbacées forestières dans des plantations de 10 ans, c’est possible!

Au cours de la 10e et 11e saison de croissance, la possibilité d’introduire des plantes herbacées forestières vulnérables (gingembre sauvage, trille blanc, sanguinaire du Canada) dans les plantations de peupliers a été évaluée. Un total de 1 636 plants d’herbacées forestières typiques des érablières ont été plantés dans 6 plantations de peuplier et dans 6 boisés adjacents.

 

Les principaux résultats sont les suivants :

  • formation d'étudiantsAprès 2 ans, les espèces de plantes forestières plantées sous les peupliers hybrides étaient stables ou en croissance.
  • La sanguinaire affichait une meilleure croissance en plantation de peuplier qu’en boisé alors que l’inverse a été observé pour le trille blanc.
  • Le gingembre sauvage et la smilacine à grappes avaient une croissance similaire dans les plantations et les boisés.
  • Sur les sites où le cerf est abondant, il est important de protéger les plantes avec une clôture ou un grillage.
  • Parmi les plantations de peuplier, celles établies sur un sol riche en basse altitude et ayant un couvert arborescent relativement fermé (moins de 15 % de ciel visible à travers le couvert arborescent) se sont avérées les plus propices à la réintroduction des plantes herbacées forestières à l’étude.

 

En conclusion, il est bien connu que plusieurs plantes forestières ne pourront pas coloniser rapidement les forêts secondaires issues de l’abandon de culture et les plantations, en raison de la très lente dispersion naturelle de leurs graines. C’est le cas de la sanguinaire, des trilles, du gingembre sauvage et des violettes dont les graines sont dispersées par les fournis. Il est possible de surmonter ce problème en réintroduisant ces plantes dans le sous-bois de plantations suffisamment matures ou de jeunes forêts. Les plantations de peuplier pourraient également servir d’environnement pour la culture de certaines de ces plantes qui ont un potentiel économique comme produit forestier non ligneux (PFNL), une alternative durable à la récolte dans les milieux naturels.

 

Documentation

Deux articles scientifiques, un article de vulgarisation, un mémoire de maîtrise sont disponibles en lien avec ce projet.

–       Boothroyd-Roberts, K., D. Gagnon, et B. Truax. 2013. Hybrid poplar plantations are suitable habitat for reintroduced forest herbs with conservation status. SpringerPlus 2:1-13. www.springerplus.com/content/2/1/507

–       Boothroyd-Roberts, K., D. Gagnon, et B. Truax. 2013. Can hybrid poplar plantations accelerate the restoration of forest understory attributes on abandoned fields? Forest Ecology and Management 287:77-89. www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378112712005555

–       Boothroyd-Roberts, K. 2011. Restoring forest habitat on abandoned fields using hybrid poplar plantations: understory attributes and suitability for forest understory plants. Mémoire de maîtrise en Sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, Montréal (QC), Canada. www.archipel.uqam.ca/4023/

–       Boothroyd-Roberts, K., D. Gagnon, et B. Truax. 2010. En sous-bois de plantations de peupliers hybrides, une nouvelle vie pour les plantes forestières. Progrès Forestier (Automne 2010):12-16.
www.afsq.org/excursion_conference/documents/plantes_forestieres_plantations_peupliers_hybrides.pdf

Nous contacter

Fiducie de recherche sur la forêt des Cantons-de-l'Est
1 rue Principale Saint-Benoît-du-Lac (Qc) J0B 2M0
819 821-8377
btruax@frfce.qc.ca