Évaluation d’un scénario de zonage forestier pour la municipalité de Saint-Benoît-du-Lac

zonage forestierMise en contexte

Le zonage forestier est un concept d’aménagement forestier qui vise simultanément la conservation d’écosystèmes forestiers dans leur intégralité, l’aménagement forestier extensif et écosystémique (incluant la restauration) ainsi que l’aménagement intensif (production accrue). Ces
3 types d’aménagements sont attribués à des zones particulières sur un même territoire de manière à réduire les conflits entre les divers utilisateurs de la forêt.

Le concept de zonage forestier est présentement appliqué sur de vastes territoires à quelques endroits en Amérique du Nord, principalement sur des terres utilisées par l’industrie forestière. Il est toutefois possible d’appliquer le zonage forestier à plus petite échelle, en territoire privé, dans le sud du Québec. Dans cette région, des rendements très élevés de matière ligneuse peuvent être générés sur de petites surfaces par la plantation d’arbres. Cela permet alors de libérer des superficies pour la conservation et la restauration d’écosystèmes forestiers dégradés ou appauvris, tout en maintenant la même productivité forestière à l’échelle du territoire.

 

Description du territoire à l’étude

Abbaye Saint-Benoit-du-lacDans ce projet, nous évaluons la possibilité d’appliquer le zonage forestier au territoire de la municipalité de Saint-Benoît-du-Lac dans les Cantons-de-l’Est, site de l’Abbaye Saint-Benoît. Ce territoire privé de 216 hectares (ha) compte 150 ha de forêts, 45 ha de champs cultivés, 5,5 ha de friches (terres agricoles et de vergers abandonnés) et 8,5 ha de vergers. Les infrastructures de l’Abbaye (stationnement, routes et bâtiments) occupent 7 ha.

La Communauté des Bénédictins a fait l’acquisition de cette propriété en 1912, à une période où la récolte du bois et l’agriculture étaient déjà une activité économique centrale dans cette partie des Cantons-de-l’Est. Au cours des 100 années qui suivirent, l’activité humaine a fortement modelé le paysage au gré des coupes forestières et de l’expansion de l’agriculture. Les coupes forestières ont généré divers types de peuplements forestiers, allant de vieilles érablières à de jeunes forêts appauvries, composées principalement de feuillus pionniers (bouleaux, peupliers), situation somme toute très semblable à ce qui est observé sur l’ensemble du territoire des Cantons-de-l’Est.

 

Scénario de zonage forestier

zonage forestier peuplier deltoïdeAfin de déterminer l’emplacement et la superficie des différentes zones de conservation, d’aménagement écosystémique et de production intensive, une étude détaillée des cartes écoforestières et des photos aériennes a été réalisée. Puis, au cours de l’été 2010, 71 parcelles permanentes de 400 m² ont été établies sur l’ensemble du territoire forestier, afin d’effectuer un inventaire écologique détaillé des différentes communautés forestières.

Par la suite, des analyses d’ordination ont été effectuées pour identifier les types de communautés forestières retrouvées sur le territoire de l’Abbaye et pour déterminer quels facteurs écologiques sont associés à leur distribution. Ces analyses ont permis de délimiter les zones de vieilles forêts et celles de jeunes forêts. Les vieilles forêts se trouvent dans des zones où l’agriculture n’a jamais été développée (sol trop rocheux), alors que les jeunes forêts de Saint-Benoît-du-Lac sont issues de l’abandon de l’agriculture, il y a environ 50 ans, et sont habituellement de pauvre qualité.

 

Sept critères ont été utilisés pour déterminer la valeur des différentes parcelles de forêt pour la conservation :

  1. La présence de corridors boisés ou aquatiques (cours d’eau) vers d’autres secteurs naturels;
  2. La connectivité avec des forêts avoisinantes (hors du territoire étudié)
  3. La présence de vieilles forêts (plus de 100 ans)
  4. L’abondance de bois mort au sol
  5. L’abondance de gros chicots et d’arbres à cavités
  6. La présence de plantes rares, menacées ou vulnérables
  7. La présence de la faune ou d’indicateur de la faune (ex. terrier)

 

Après une analyse détaillée des parcelles forestières, basée sur les 7 critères de valeur pour la conservation, sur leur potentiel pour la production ou la restauration forestière, ainsi que sur des analyses de sol de la zone agricole, nous avons proposé le scénario de zonage forestier suivant :

Scénario d'un zonage forestier dans la municipalité de Saint-Benoît-du-Lac

 

Conservation : Les zones de conservation proposées couvrent 25 % du territoire forestier (37 ha), principalement sous forme d’un corridor longeant un des cours d’eau. Ce corridor renferme les plus vieilles forêts du territoire étudié. À cela s’ajoute un deuxième secteur, un peu plus petit que le premier et séparé de celui-ci. Cette autre zone renferme plusieurs espèces de plantes rares, de même qu’une quantité élevée de chicots et d’arbres à cavités de grande taille, très importants pour la faune.

Aménagement écosystémique : Une fois les zones de conservation délimitées, le reste du territoire forestier (113 ha) a été placé dans la zone d’aménagement forestier écosystémique. L’aménagement sylvicole, incluant la récolte de bois, est toujours possible dans près de 80 % (89 ha) de cette zone, mais à condition que les principes de l’aménagement écosystémique soient respectés. Les 24 ha restants sont constitués de jeunes forêts issues de l’abandon des activités agricole (cultures, vergers) et des cédrières dégradées. Les jeunes forêts dominées par le bouleau gris, le bouleau blanc et les peupliers sont un milieu particulièrement favorable à la plantation en sous couvert de chênes rouges et de pins blancs, deux espèces autrefois abondantes localement et qui méritent d’être restaurées.

Aménagement intensif : Environ 3,5 ha ont été dédiés à l’intensification de la production ligneuse. Cette superficie est constituée en partie de plantations de peuplier hybride situées en bas de pente des champs cultivés et dans des jeunes friches herbacées. L’objectif est de produire de la biomasse sur de courtes rotations de façon à combler partiellement les besoins énergétiques de l’Abbaye (chauffage à la bioénergie). Les rendements élevés obtenus dans cette petite zone devraient compenser la perte de bois qui aurait pu être récoltée dans les 37 ha de forêt qui sont maintenant voués à la conservation.

 

zonage forestier production intensive

En conclusion, cette étude a montré qu’il est tout à fait possible de proposer un scénario réaliste de zonage forestier en territoire habité et privé du sud du Québec afin de créer une cohabitation harmonieuse de l’aménagement et de la conservation de la forêt. Ce genre de scénario pourra aider à diminuer les conflits entre les nombreux utilisateurs de la forêt.

Toutefois, il est important de mentionner que ce travail de recherche n’est pas terminé. Il sera important de confirmer que les quantités de bois produites en zone d’aménagement intensif sont suffisantes pour compenser l’arrêt complet de la récolte de bois dans les zones maintenant vouées à la conservation. Il nous faudra également tester l’applicabilité de ce modèle de zonage sur plusieurs types de propriétés privées.

 

 

Documentation

Un article professionnel et un article de vulgarisation sont disponibles en lien avec le projet de zonage forestier :

–       Truax, B. et D. Gagnon. 2013. Le zonage forestier appliqué à la forêt privée : concilier conservation, restauration et production. Progrès Forestier (Hiver 2013): 4-10. www.afsq.org/excursion_conference/documents/zonage_forestier_conservation_restauration_production.pdf

–       Fortier, J., B. Truax, D. Gagnon, et F. Lambert. 2012. Hybrid poplar yields in Québec: Implications for a sustainable forest zoning management system. The Forestry Chronicle 88: 391-407.
http://pubs.cif-ifc.org/doi/abs/10.5558/tfc2012-075

 

Nous contacter

Fiducie de recherche sur la forêt des Cantons-de-l'Est
1 rue Principale Saint-Benoît-du-Lac (Qc) J0B 2M0
819 821-8377
btruax@frfce.qc.ca